Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 13:59
L'Office de Tourisme bancal de Merville

Dans les années 2000, il y avait à Merville, un "Office de Tourisme" qui fonctionnait sur lui même, sans partenariat avec les associations, sans réseau de prestataires. Alors que dans tous les Offices de Tourisme de France et de Navarre se vendaient des livres en lien avec le patrimoine local, dans celui de Merville on disait : "Ce n'es pas notre vocation de vendre des livres...".

En 2008, sous le prétexte de faire des économies, la municipalité confia cet office à des professionnels qui proposèrent aux associations, à des artisans et commerçants potentiellement en mesure d'intéresser les touristes, d'apporter leur collaboration. Des cultivateurs faisaient découvrir leurs exploitations, une brasserie artisanale organisait des visites, des associations locales proposaient des randonnées découvertes, des expositions, et participaient aux journées du patrimoine. Nous avions la possibilité d'utiliser l'Office de Tourisme comme relais pour mettre nos livres en dépôt, organiser les inscriptions de nos manifestations, et bien d'autres choses encore.

Vers la fin de l'année 2014, la nouvelle municipalité décide de ne pas renouveler la convention avec l'Office de Tourisme de la Vallée de la Lys. En mars 2015, l'office est fermé. Quelques semaines plus tard, c'est l'ouverture de "la maison du tourisme", géré directement par la mairie.

Pour des raisons impénétrables il est annoncé que les association ne peuvent plus y mettre leurs livres en vente. Les prestataires sont évincés. A Merville, quand on ne veut pas quelque chose, on crée la confusion entre le "pouvoir" et le "vouloir". Ainsi, pour les livres on nous informe qu'il faut un compte de régie que l'employée ne peut pas gérer, au motif qu'elle est en CDD. On nous fait comprendre que les acheteurs pourraient éventuellement payer par chèque et qu'elle pourrait nous remettre ces chèques ; puis cette solution est jugée impossible.

Je n'apprécie pas qu'on tente de me faire avaler des couleuvres, aussi je me renseigne auprès d'un avocat. Il s'avère qu'il est possible de confier un compte de régie à une employée en CDD. Même une personne ne faisant pas partie des agents communaux peut s'en voir confier un.

A Merville on crée la confusion entre le "vouloir" et le "Pouvoir"

Jamais à cours d'arguments pour justifier leurs choix, les responsables de la mairie inventent un autre prétexte : "l'argent qui entre en régie ne peut sortir pour régler l'association". Je repars à la pêche aux informations et je découvre que si l'association rédige une facture, elle sera payée par la procédure habituelle. Très clairement et sans ambiguïté, il s'agit de la volonté de l'exécutif, c'est à dire les élus, ou du trésorier payeur. Si ce n'est pas les uns qui bloquent, c'est l'autre.

Il semble malheureusement que la "maison du tourisme" de Merville ait opté pour l'amateurisme qui avait court dans les années 2000. Non seulement il y a de sévère réticences pour la vente des livres, mais il semble qu'il y a aussi une indifférence vis à vis des prestataires et de l'ensemble des partenaires.

Et cerise sur le gâteau avant la rupture de la convention il n'y a eu aucune rencontre, aucune négociation avec les responsables de l'Office de Tourisme de la Vallée de la Lys, alors que ceux-ci étaient disposés à prendre à leur charge la moitié du salaire de l'employée. L'argument du non renouvellement de la convention avec un partenaire fiable qui consistait à faire des économies, ne tient plus la route.

C'est donc un retour à la case départ (ou case bancale) pour l'Office de Tourisme de Merville. Et vous ne toucherez pas 20 000 € car il n'y a pas de compte de régie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Daniel Granval
commenter cet article

commentaires