Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 18:22

Il arrive souvent pendant une projection dans mon cinéma préféré que des spectateurs, souvent des jeunes mais pas toujours, utilisent leurs portables pour lire ou envoyer des SMS. Certains même, s’en servent pour téléphoner sans se préoccuper de la gêne qu’ils génèrent pour les autres. Ils semblent confondre la vision d’un film dans un cinéma sur grand écran, et une diffusion entrecoupées de publicités à la télé dans leur salon. D’autres conversent et émettent à la cantonade des réflexions d’une bêtise qui n’égale que leurs comportements. Ce qui me sidère encore plus, c’est que personne ne réagit. Les responsables de la salle brillent par leur absence et aucun spectateur ne semble gêné. On pourrait penser qu’à la sortie ils iraient au moins voir la caissière pour être remboursés. Même pas. Sans doute, iront-ils payer plus cher dans un multiplexe où la surveillance est active et où ils pourront regarder un film en toute tranquillité. C’est dommage !

 Chacun porte sa responsabilité. Les parents de ces braillards, en premier lieu qui ne savent plus faire l’éducation de leurs enfants et qui risquent de vous agresser si vous avez le malheur d’interpeller leurs chérubins. Les responsables du cinéma évidemment, qui n’interviennent pas. Je proposais qu’ils mettent des affiches à l’entrée pour rappeler quelques règles de savoir vivre. Il m’a été répondu que ça ne servait à rien, que les jeunes les enlevaient. Et en dernier lieu, les spectateurs par leur non interventionnisme se montrent également complice de cet état de fait. N’est-ce pas Platon qui disait : Lorsque les pères s’habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu’ils ne reconnaissent plus au-dessus d’eux l’autorité de rien et de personne, alors, c’est là, en toute beauté et en toute jeunesse, le début de la tyrannie. (Platon, La République).

Alors, merci à ceux qui liront ces lignes de bien distinguer une salle de spectacle d’un salon privé.

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans CINEMA
commenter cet article

commentaires

obywan 21/11/2009 20:58


Respect du lieux, de la concentration des autres, avoir conscience que l'on vient voir "un objet culturel" devraient être les règles de bases de tout spectateur.