Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 23:36

Ci-dessous un extrait de la présentation du livre d'Albert Debert "Chés cornets, chés ballots" (En français, "les sirènes, les cheminées".

Ce livre en patois ch'ti (avec les traductions en français) sortira le vendredi 29 novembre 2013.

 

Pour plus d'infos voir le film.

 


 

 

 

Repost 0
Published by Daniel Granval - dans Mes coups de coeur
commenter cet article
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 13:01
Vol en Montgolfière le 22 septembre 2013 (voir le film).
 
 
Repost 0
Published by Daniel Granval - dans Mes coups de coeur
commenter cet article
30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 14:58

L’pus belle pièche de l’mason ch’tot ch’molin à café.

J’apinsse que chti lal in n’pourra mie l’oblier.

L’not’ i-avot d’bielles imaches edzeur, des tiots tableaux,

Quand not’ mère l’mettot à mout’ tout l’monne l’pourmirot !

 

D’un côté in veyot ‘L’Ingélus’, ed Millet,

D’l’aute ‘Les Glaneusses’, l’tiête abachée, leus reins ploïés

Pis core d’s imaches : des rosiaux, alintour d’unne mare,

Dù qu’in pouvot vir nanger unne coupe ed canards…

 

Ch’tot vraimint un sapré manicraque ech molin

Avec és tiote toulette rouche, si douche dins nu main…

 

Timpe avant l’pointlette l’père i déjouquot d’chés draps

Pou faire el café, du fraîche : pas de l’piche ed cat !

I ballot deux-tros pallées d’grains dins ch’tiot capiau

… i serrot ch’molin dins s’n’écour… et i tournot…                                

 

‘Tintion à ch’tiroir ! En’ pas l’mette dins l’mauvais sin’ :

Qu’i n’nus ardinte pas su l’carreau tout chin qu’i-a d’dins !

Tout l’lon d’nou jonesse i nus a dérinvillés

Ch ‘crac-crac’… l’bruich’mint d’chés grains in route à s’faire broïer.

 

A la caup in arniflot dja ch’bon sintimint

Avant que l’café i n’seuche passé tout duchmint.

Unne fos d’mis dins l’filt’, unne castrolée d’iau la dsus,

L’vla fin prête, in allot boire unne bonne goutte ed jus !

 

La mère alle in fjot pou ses companes quand is v’naitent,

Alle mettot l’chuke à tape et pis core des tablettes,

Des blankes et des vertes qu’in allot kèr in Belgique,

Ch’tot meilleu d’avoir cha dins l’bouke putôt qu’unne chique !

 

Fallot vir chés feimmes boire leu café à l’chuchette

El tit dogt in l’air… unne goutte à l’fos… bin à l’coïette

Tout in jechtant unne oel gadoux su not’ molin

Qui leu fjot des tiots coins-d’oel du fond d’sin rincuin…

 

Asteure ch’molin i-est oute -l’café in l’vind molu-

I joque su ch’l’achelle comme unne arlique… i n’sert pus…

 

Et pis…

 

I n’i-a qui dijtent qu’i-arsanne à l’mairie d’Saint-Omer :

Te n’cros pas des fos ti… qu’cha srot putôt l’cantraire ?

 

TRADUCTION 

 

Le moulin à café

 

 

La plus belle pièce de la maison c’était le moulin à café

Je pense que celui-là, on ne pourra jamais l’oublier…

Sur le notre il y avait de belles images, des petits  tableaux,

Quand notre mère le montrait tous l’admiraient !

 

Sur l’un des côtés on voyait l’Angélus, de Millet,

De l’autre les Glaneuses, la tête baissée, les reins pliés

Puis encore des images, des roseaux autour d’une mare

Où l’on pouvait voir nager un couple de canards…

 

C’était vraiment une sacrée mécanique ce moulin

Avec sa petite poignée rouge, si douce dans la main.

 

Tôt avant l’aube le père jaillissait des draps

Pour faire le café, du frais : pas de la pisse de chat !

Il versait deux-trois pelletées de grains dans le chapeau…

…il serrait le moulin dans son giron… et il tournait…

 

Attention au tiroir ! Ne pas le positionner dans le mauvais sens :

Qu’il ne nous renverse pas sur le carrelage tout ce qu’il y a Couverture-projet2-copie.jpgdedans !

Tout au long de notre jeunesse il nous a réveillés

Le ‘crac-crac’… le bruit des grains qui se faisaient broyer.

 

A l’instant nous reniflions le bon arôme

Avant que le café ne soit passé tout doucement.

Une fois versé dans le filtre, une casserolée d’eau là-dessus,

C’était prêt ! Nous allions boire une bonne goutte de jus !

 

Ce texte est un extrait du livre d'Albert Debert Chés cornets, chés ballots.

(Illustrations de Jean-Marie Minot).

  

Sortie prévue en nombre 2013.

  

Une présentation du livre sera faite

 le samedi 14 septembre à 18h30

à la mairie de Merville.

 

Vous y êtes tous cordialement invités 

 

A cette occasion lancement de la souscription.

  

Edité par les éditions "Nord Avril"

en coédition avec le Club Cinéma de Merville.Lancement-et-lecture-du-livre-Ches-cornets-ches--copie-1.jpg

Repost 0
Published by Daniel Granval - dans Mes coups de coeur
commenter cet article
25 août 2013 7 25 /08 /août /2013 12:37
De Scey sur Saône à Pontailler sur Saône
 
 
DSCF4800.JPG
 
Au départ de Scey sur Saône
 
 
Pour se reposer, se détendre, se décontracter, rien de tel qu'une semaine sur un bateau à huit kilomètres à l'heure en prenant le temps de prendre son temps. Voici le petit journal de cette expédition.
 
Samedi: prise du bateau à 16h. Pour ce premier jour nous nous contenterons d'un petit trajet de huit kilomètres qui nous prendra une heure et demi, compte tenu qu'il faut patienter, puis réduire la vitesse pour le passage du tunnel de St Albin, long de 680 mètres. Après l'écluse, nous obliquons à gauche sur le cour naturel pour rejoindre Traves où nous passerons la nuit. L'endroit est très agréable. Après avoir dévié un ban de sable nous arrivons au port qui se situe à la limite d'une zone résidentielle pour des vacanciers installés dans des bungalows. Dans un environnement calme, ils bénéficient d'animations. Les bungalows très espacés limitent la promiscuité. Nous nous disons qu'il serait peut-être agréable de venir ici un jour passer des vacances. Un petit regret, l'accueil du gérant n'est pas très enthousiaste. Il n'y a plus de places pour bénéficier du branchement électrique. Il pourrait bouger trois pédalos amarrés au seul ponton libre, mais il n'a pas envie de s'embêter. Nous nous contenterons d'un ponton à l'écart. Ce n'est pas grave, les batteries du bateau sont bien chargées. A côté nous rencontrons un couple de corses. Ils profitent de leur retraite pour passer une bonne partie de l'année à naviguer. Ils nous parlent de leur passion et de leur désappointement de voir leur région envahie par les mafieux. Tout cela autour d'un bon verre de rosé. Nous passons avec eux une bonne partie de la soirée.
 
Dimanche : Petit déjeuner et départ à 10h15, tranquille, calme, sans précipitation. Nous prévoyons de passer l'heure du midi à Ray sur Saône, mais nous sommes bloqués par un ban de sable dont heureusement, nous parvenons à nous dégager en marche arrière. Des bateliers nous conseillent de le contourner, mais nous préférons faire demi-tour. Nous retournons vers Soing où une halte bateau ombragée nous accueille. Nous côtoyons des allemands très aimables. J'y fais une petite sieste et nous repartons vers 15h.
 
Nous prenons une place au port de Savoyeux où nous arrivons vers 18h30, A découvrir à 800 mètres le petit village de Seveux où nous admirons une fontaine et un lavoir qui mérite le coup d’œil. Nous y rencontrons un rassemblement de grenouilles qui veulent nous empêcher de passer, mais qui finissent pas nous saluer joyeusement et acceptent de se laisser photographier. Il y aussi la très belle enseigne du « Veau d'or », un fabriquant de sabots et de broderies, malheureusement fermé au moment où nous passons.
 DSCF4904 ter 
Un rassemblement de grenouilles et le lavoir à Seveux
 
 DSCF4907.JPG
Lundi : Nous faisons une visite rapide de la ville de Gray avec l'intention de passer la nuit à Mantoche, où paraît-il, il y a un port dont les habitants sont très fiers. A Gray, nous sommes accueillis à l'écluse par une jeune fille de l'Office de Tourisme qui nous donne des informations sur les visites intéressantes à faire dans la ville. Puis, nous y rencontrons deux charmantes femmes, probablement des employées de la mairie à la sortie du bureau. Elles nous recommandent la visite du terroir qui se déroulent le lendemain matin. Puis elle nous emmènent en voiture dans une bonne boulangerie et nous raccompagnent au bateau. Voilà d'excellentes ambassadrices de leur commune.
 
Nous partons ensuite pour Mantoche où le port qui peut soi-disant accueillir quinze bateaux est complet avec neuf. Nous faisons demi-tour et nous accostons à Velet. L'endroit est sympa, mais malheureusement fréquenté par des gens qui ne respectent pas les lieux. De nombreux détritus trainent à proximité. Dommage. Comme nous ne sommes pas très éloignés de Gray, nous décidons de modifier notre itinéraire et de retourner dans cette charmante commune le lendemain.
 
DSCF4935Mardi : COUP DE COEUR pour Gray. Les habitants sont très sympathiques et fiers de leur ville au point qu'ils nous communiquent l'envie d'y rester plus longtemps que prévu. Nous y passons vraiment une agréable journée. La visite du terroir est un réel plaisir. Notre guide maîtrise bien son sujet et nous emmène dans des endroits secrets très pittoresques que nous n'aurions pas découvert seuls. La visite se termine par une dégustation de produits locaux. Commencée à 10h30, elle s'est terminée à 15h, Nous y avons rencontré Luc Willemann, un passionné d'aviation qui nous propose de venir à son exposition sur l'aérodrome de Gray. Nous devons embarqué, mais nous lui promettons de venir le lendemain.
 
 
L'hôtel de ville de Gray
 
 
Nous embarquons en direction de Pontailler sur Saône où malheureusement le port est complet. Eh oui, nous sommes en plein mois d'août. Des plaisanciers que nous croisons nous informent que celui de de Lamarche sur Saône est également complet. Nous faisons donc demi-tour et nous nous dirigeons vers Heuilley, où nous avons repéré des pontons isolés qui ne payaient pas de mine, mais compte tenu des circonstances nous nous en contenterons. Et là, oh surprise ! Ce petit village est très agréable et dynamique. Nous passons la soirée et la nuit dans le plus grand calme. Si nous étions arrivés plus tôt, nous aurions pu y visiter le musée de l'eau et de la pêche. J'accorde une mention spéciale à Heuilley et recommande aux plaisanciers de ne pas hésiter à y faire escale en passant outre l'apparence précaire des pontons.
 
Mercredi : Retour à Gray où nous visitons l'exposition sur les avions de Luc. Il nous explique tout dans les détails. Il connaît bien l'école de pilotage de Merville. Nous enchainons par une exposition artisanale et nous arrivons à l'heure de la fermeture pour le musée d'histoire naturelle avec une exposition sur le thème de la patate. Peu importe, Bernard Viener est un bénévole, et il ne compte pas son temps. Il nous reçoit quand même et nous propose une visite guidée. Il connaît Roquette, mais il pense que c'est encore une féculerie. Décidemment, à Gray, les gens connaissent notre coin.
 
Nous passons une très agréable nuit à Gray où l'accueil au port, l'électricité et l'eau sont gratuits.
 
Jeudi : Nous prenons le chemin inverse et nous passons à nouveau la nuit au port de Savoyeux. Nous prenons notre temps pour photographier ou filmer les vols des hérons, les vaches qui s'abreuvent dans la rivière et bien d'autres choses encore.
 RIMG0069.JPG
Vendredi : Nous naviguons tranquillement tout en filmant et photographiant. Le soir nous sommes de retour à Scey. Avant d’accoster au port, nous prenons la direction de Port Sur Saône. Avant l'écluse, nous faisons demi tour, car il y une autre écluse à franchir avant 19h à Chemilly. Nous devons rendre le bateau pour le lendemain 9h. A Scey nous passons la soirée au restaurant « les deux ports » qui est situé à proximité du port Locaboat. Une bonne adresse à retenir.
 DSCF4841.JPG
Et voilà, le périple se termine. Le lendemain, nous débarquerons nos affaires et nous rendrons le bateau, avant de revenir dans le nord, de retrouver l'autoroute, la circulation des voitures, les aboiements des chiens, les pétarades des connards à mobylettes, etc. Mais cette semaine du 3 au 9 août 2013 restera gravée dans notre mémoire comme un excellent souvenir.
 
A une prochaine la Saône...
 
Pour en voir plus, cliquez sur la vidéo ci-dessous.
 
Repost 0
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 14:00
A la fin des années soixante, Patrick Payelle n'avait pas encore le permis,mais il conduisait déjà des voitures sur le terrain d'aviation de Merville. Un jour il fit un tonneau. Il trouva ça amusant et il recommença. C'est ainsi que débuta l'histoire d'un casse cou mervillois qui grimpa en haut de la mairie avec une corde, se jeta dans la Lys avec une moto, dans la Bourre avec une voiture.
Il fit une carrière de cascadeur, jongleur, équilibriste, forain s'exhibant dans le mur de la mort...
 
Un film a été réalisé par le Club Cinéma de Merville et sera projeté le samedi 6 octobre à la salle des fêtes de Merville.
 
Voir la bande annonce dès à présent.
Repost 0
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 12:34

L’école de théâtre municipale de Merville présentera les vendredi 16 et samedi 17 mars, son nouveau spectacle sur une mise en scène de Raphaël Larroque. Il s’agit d’une adaption d’Alice au pays des merveilles écrite par Fabrice Melquiot :

 

Affiche Alice et autres merveilles

 Affiche réalisée à partir d'un tableau de Raphël Larroque

 

Qui est Fabrice Melquiot...
Né en 1972 à Modane, en Savoie, Fabrice Melquiot, aprè une formation d’acteur, édite des pièces destinées au jeune public.

Les textes de Fabrice Melquiot sont traduits dans une douzaine de langues et ont été représentés dans de nombreux pays : Allemagne, Grèce, Mexique, Etats-Unis, Chili, Espagne, Italie, Japon, Québec, Russie…
Il a reçu en 2008 le Prix Théâtre de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre.
Fabrice Melquiot vient d'être nommé à la direction du Théâtre Am Stram Gram de Genève ; il prendra ses fonctions à l'été 2012.
Texte extrait du site http://www.fabricemelquiot.fr

 Décor du film de Tim Burton

DSCF3967.jpg

«Alice et autres merveilles» est une adaptation du livre de Lewis Caroll qui a été édité en 1865 avec des illustrations de John Tenniel. L’auteur a inventé cette histoire au cours d’une promenade en barque à l’intention d’une petite fille de dix ans, Alice Liddel qui était assise à ses côtés.

 

Plusieurs adaptations ont été réalisées pour le cinéma. La toute première date de 1903 et a été réalisée par Cecil Hepworth, Percy Stow. La suivant de de W.W. Young est de 1915. Walt Disney s’en est beaucoup interessé puisqu’il a réalisé une première version en 1923 et produit celle de 1951 réalisée par Hamilton Luske, Wilfred Jackson, Clyde Geronomi. Enfin la société de Mickey a proposé celle de Tim Burton en 2010. Norman Z. McLeod réalisa sa version en 1933. Ma version préférée a été réalisée par Jan Svankmajer en 1988.  Deux versions sont apparues en 1999 l’une de Nick Willing et l’autre de John Henderson. Notons également une série TV en 1983 et 1984, probablement d’origine japonaise.

Dans la version de Fabrice Melquiot, nous retrouvons les personnages de Caroll : le lapin blanc, la chenille, la duchesse, la cuisinière et sa soupe au poivre, le chat du Cheshire, le lièvre de mars, le chapelier, les cartes à jouer, la reine de coeur, etc.

 Images de la version de Jan Svankmajer

alice.jpgDans l’adaptation de Fabrice Melquiot, elle participe à la course au caucus ; elle forme une mare de larmes en pleurant ; elle joue au croquet avec des boules hérissons et des maillets flamants ; elle danse le quadrille du homard et elle témoigne au procès du valet de coeur. Elle rencontre aussi des personnages inédits et surprenants : Le petit chaperon rouge, Pinocchio, le grand méchant loup, E.T., la poupée Barbie. Elle sera soutenue par un vieillard avec une barbe fleurie qui revient du royaume des morts et qui assumera le rôle de conteur.


Tout cela sera parsemé d’intermèdes dansés et chantés.

 

N'hésitez pas à venir passer l'une de ces soirées avec nous. Ce spectacle sera un grand plaisir pour vous et votre venue une grande réjouissance pour nous.

Repost 0
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 14:19

Vous avez sans doute lu mon article sur TIC TAC PHOTO où il était question d'arguments falacieux pour tenter de justifier une prestation payée et non fournie.

 

Il se trouve que cette société était en faillite, ce qui n'est guère étonnant. L'entreprise a été rachetée et les nouveaux acquéreurs ont décidé d'honorer tous les contrats pour lesquels leurs prédécesseurs n'avaient pas assumé.

 

J'ai donc reçu mon album il y a quelques semaines, un an après l'avoir commandé.

 

Je tire mon chapeau aux nouveaux propriétaires de TIC TAC PHOTOS, il n'étaient pas obligés de le faire, et je leur accorde à nouveau toute ma confiance.

Repost 0